Il y a 100 ans, le 8 mai 1919, la Chambre des Députés votait le changement de l’article 52 de la Constitution accordant le droit de vote universel aux Luxembourgeois. Ce droit qui fut introduit le 26 octobre 1919, donnait à tous les hommes et femmes de nationalité luxembourgeoise le droit de vote, alors qu’avant, seuls 25% des hommes avaient ce droit, réservé à ceux qui payaient des impôts !

Rappelons que le suffrage universel consiste en la reconnaissance du droit de vote Ă  l’ensemble des citoyennes et citoyens. Il est l’expression de la souverainetĂ© populaire et de la volontĂ© gĂ©nĂ©rale dans un rĂ©gime dĂ©mocratique. Or, avec 47% de non-Luxembourgeois rĂ©sidents, qu’en est-il actuellement de cette expression de la souverainetĂ© et de la volontĂ© du peuple ?

L’ASTI tient à saluer le courage des députés de l’époque ! Malgré un environnement hostile à l’idée de donner le droit de vote aux citoyens luxembourgeois pauvres, peu lettrés, qualifiés à l’époque d’ignorants des affaires de l’État et aux femmes considérées non majeures et sous la tutelle d’un époux ou d’un père, les députés ont voté le 8 mai le changement de la Constitution. Ils n’ont pas recouru au référendum pour clarifier cette question. Que ce serait-il passé si cette question avait été décidée par référendum ? Aurions-nous pu aujourd’hui fêter cet anniversaire ?

Rappelons que le référendum en 1919 portait sur 2 questions : le maintien ou non de la monarchie, et l’union économique soit avec la France, soit avec la Belgique. Notons que malgré un net résultat de 73% en faveur d’une union économique avec la France, celle-ci ne fut pas mise en place – la volonté des électeurs n’avait donc à l’époque pas pesé sur les suites!? Par contre aujourd’hui, on considère close et sans appel la question du droit de vote national des étrangers.

Finalement il est intĂ©ressant de constater qu’actuellement, ce sont plutĂ´t les chrĂ©tiens-sociaux – voir les dĂ©clarations Ă  la fĂŞte du 1er mai du prĂ©sident du LCGB ou celles du nouveau prĂ©sident du CSV – qui lancent ouvertement le dĂ©bat public autour de l’ouverture du droit de vote aux non-Luxembourgeois. Ce fut exactement le contraire en 1919, oĂą ils Ă©taient nombreux Ă  s’opposer Ă  l’élargissement du droit de vote. Une constante entre 1919 et aujourd’hui : la position du parti libĂ©ral. Il Ă©tait opposĂ© Ă  l’époque au droit de vote universel et maintenant, plus que rĂ©ticent d’en dĂ©battre Ă  nouveau publiquement vu le rĂ©sultat du rĂ©fĂ©rendum de 2015 , alors que le monde des affaires et des entreprises est en sa faveur.

Quand allons-nous donc revivre le courage politique de 1919 et accorder un droit de vote aux législatives à tous ceux qui résident dans le pays. ?¨

Le Conseil d’Administration de l’ASTI

Translate...