Il y a 100 ans, le 8 mai 1919, la Chambre des DĂ©putĂ©s votait le changement de l’article 52 de la Constitution accordant le droit de vote universel aux Luxembourgeois. Ce droit qui fut introduit le 26 octobre 1919, donnait Ă  tous les hommes et femmes de nationalitĂ© luxembourgeoise le droit de vote, alors qu’avant, seuls 25% des hommes avaient ce droit, rĂ©servĂ© Ă  ceux qui payaient des impĂŽts !

Rappelons que le suffrage universel consiste en la reconnaissance du droit de vote Ă  l’ensemble des citoyennes et citoyens. Il est l’expression de la souverainetĂ© populaire et de la volontĂ© gĂ©nĂ©rale dans un rĂ©gime dĂ©mocratique. Or, avec 47% de non-Luxembourgeois rĂ©sidents, qu’en est-il actuellement de cette expression de la souverainetĂ© et de la volontĂ© du peuple ?

L’ASTI tient Ă  saluer le courage des dĂ©putĂ©s de l’époque ! MalgrĂ© un environnement hostile Ă  l’idĂ©e de donner le droit de vote aux citoyens luxembourgeois pauvres, peu lettrĂ©s, qualifiĂ©s Ă  l’époque d’ignorants des affaires de l’État et aux femmes considĂ©rĂ©es non majeures et sous la tutelle d’un Ă©poux ou d’un pĂšre, les dĂ©putĂ©s ont votĂ© le 8 mai le changement de la Constitution. Ils n’ont pas recouru au rĂ©fĂ©rendum pour clarifier cette question. Que ce serait-il passĂ© si cette question avait Ă©tĂ© dĂ©cidĂ©e par rĂ©fĂ©rendum ? Aurions-nous pu aujourd’hui fĂȘter cet anniversaire ?

Rappelons que le rĂ©fĂ©rendum en 1919 portait sur 2 questions : le maintien ou non de la monarchie, et l’union Ă©conomique soit avec la France, soit avec la Belgique. Notons que malgrĂ© un net rĂ©sultat de 73% en faveur d’une union Ă©conomique avec la France, celle-ci ne fut pas mise en place – la volontĂ© des Ă©lecteurs n’avait donc Ă  l’époque pas pesĂ© sur les suites!? Par contre aujourd’hui, on considĂšre close et sans appel la question du droit de vote national des Ă©trangers.

Finalement il est intĂ©ressant de constater qu’actuellement, ce sont plutĂŽt les chrĂ©tiens-sociaux – voir les dĂ©clarations Ă  la fĂȘte du 1er mai du prĂ©sident du LCGB ou celles du nouveau prĂ©sident du CSV – qui lancent ouvertement le dĂ©bat public autour de l’ouverture du droit de vote aux non-Luxembourgeois. Ce fut exactement le contraire en 1919, oĂč ils Ă©taient nombreux Ă  s’opposer Ă  l’élargissement du droit de vote. Une constante entre 1919 et aujourd’hui : la position du parti libĂ©ral. Il Ă©tait opposĂ© Ă  l’époque au droit de vote universel et maintenant, plus que rĂ©ticent d’en dĂ©battre Ă  nouveau publiquement vu le rĂ©sultat du rĂ©fĂ©rendum de 2015 , alors que le monde des affaires et des entreprises est en sa faveur.

Quand allons-nous donc revivre le courage politique de 1919 et accorder un droit de vote aux législatives à tous ceux qui résident dans le pays. ?š

Le Conseil d’Administration de l’ASTI

Translate...