Les 23, 24 et 25 fĂ©vrier dernier, L’ASTI – Association de Soutien aux Travailleurs ImmigrĂ©s- et CELL – Center for Ecological Learning Luxembourg- organisaient, avec la participation du CNE – Conseil National pour Étrangers -, trois jours de rencontres sur la thĂ©matique des tiers-lieux. Ce document fait office de conclusion pour le forum et de communiquĂ©.

Notre but était de discuter de la nécessité d’enrichir la vie locale par des « tiers-lieux » permettant de mettre les citoyen-nes en réseau et d’offrir des lieux à la participation locale.

Si ces trois jours de discussion ont démontré une chose, c’est bien que le terme tiers-lieux peut recouvrir un grand nombre de réalités différentes : d’origine citoyenne ou entrepreneuriale, centré sur la culture, l’alimentation, le lien social ou le jardinage, petit ou grand, rural ou urbain… ce qui rend les tiers-lieux si passionnants, c’est le bouillonnement d’activités variées qui s’y croisent.

Au Luxembourg et dans la grande région, plusieurs tiers-lieux existent déjà ou sont en projet : à Junglinster, à Esch, à Arlon… et partout où nous ne les avons pas encore repérés.

Ils rencontrent deux dĂ©fis principaux : l’engagement citoyen et la recherche d’un lieu pour vivre cet engagement. La crĂ©ation d’un tiers-lieu portĂ© par une commune ne peut se faire sans communautĂ© d’habitants, au risque d’être une coquille vide. L’inverse est vrai aussi : il est très difficile pour un groupe de citoyen-nes motivĂ©-es de crĂ©er un tiers-lieu sans soutien local (organisations non gouvernementales, communes, entreprises…). L’enthousiasme dont ont fait preuve Madame Cahen, Ministre de la Famille et de l’IntĂ©gration ainsi que Monsieur Turmes, Ministre de l’Énergie et de l’AmĂ©nagement du Territoire, augure d’appuis publics pour les futurs projets.

Le CELL et l’ASTI ont souhaité organiser ce forum pour discuter de l’impact social des tiers-lieux en tant que lieu de sociabilité Interculturelle et intergénérationnelle. L’autogestion et l’autodétermination étant au cœur des tiers-lieux citoyens, les deux organisations ne souhaitent pas être porteurs de projets top-down, mais bien se positionner en soutien bottom-up, et accompagner ces projets dans la mesure de leurs capacités.

Les tiers-lieux incarnent plusieurs dimensions qui nous sont chères et que nous souhaitons voir se développer encore plus au Luxembourg :

  • l’autonomie, avec des groupes de citoyen-nes qui dĂ©cident et mettent en place eux-mĂŞmes les lieux adaptĂ©s Ă  leurs usages
  • Le lien social, avec des lieux de rencontre ouverts Ă  tous sans distinctions de statut, d’âge, de genre, de nationalitĂ©, d’orientation sexuelle
  • L’expĂ©rimentation, avec le droit de se tromper et de recommencer, le droit de crĂ©er quelque chose qui n’existe nulle part ailleurs ou celui de s’inspirer

« Faire ensemble pour mieux vivre ensemble », c’était le titre de ce forum et c’est notre souhait pour le futur. ASTI et CELL s’engagent à faire tout ce qui sera en leur pouvoir pour favoriser l’établissement de tels lieux et invitent les acteurs qui pourraient être intéressés à se mettre en lien avec eux.

Retrouvez les débats autour des tiers lieux sur www.transitiondays.lu ou sur www.integratioun.lu.

CommuniquĂ© conjoint de l’ASTI et du CELL – Luxembourg, 11 mars 2021

Logo ASTI orange
Translate...